La plupart des dirigeants IT savent que le SD-WAN, ou Software-Defined Wide-Area-Networking, est la prochaine révélation du monde des réseaux. Mais est-ce vraiment justifié ? La tendance serait plutôt au oui. Pressenti par IDC pour atteindre 1.9 milliard de dollars d’ici 2021, le SD-WAN permet en effet aux entreprises de gérer plus facilement et de manière plus économique les transformations digitales qui les touchent aux quatre coins du monde.

Pour Alexandre Chichkovsky, Global Network Evangelist, chez NTT Communications, le bruit autour du SD-WAN s’explique par une demande du marché favorisée par la pression des déploiements cloud, la mobilité, la croissance continue du volume de données dans les organisations. C’est pourquoi, il est important d’en comprendre les enjeux :

« La technologie SD-WAN ajoute une couche logicielle sur l’intégralité du réseau, offrant à l’organisation davantage de visibilité et de contrôle sur ce dernier. Les équipes IT peuvent, quant à elles, envoyer différents types de données via les chemins les plus performants à un instant T, selon les besoins du trafic. Toutefois, cela ne remplace par la fibre, la 4G ou autres connexions, ni mêmes les technologies WAN traditionnelles telles que le MPLS et le VPLS, qui sont intégrées par le SD-WAN dans une couche réseau qui permet de les gérer de manière centralisée.

Le SD-WAN est important car la demande de bande-passante augmente plus que jamais. Le SaaS, autrefois considéré comme une innovation disruptive, fait à présent partie intégrante du quotidien des entreprises. Il n’y a qu’à voir comment Office 365 et Salesforce se sont généralisés ! Les énormes quantités de trafic générées par les terminaux mobiles sont de plus sur le point d’être supplantées par celui de l’Internet des Objets (IoT). Et les menaces de sécurité auxquelles le réseau est confronté – qu’elles émanent de personnes malveillantes ou d’erreurs humaines – vont continuer de se développer à mesure que les réseaux deviendront plus complexes. La plupart des infrastructures réseaux et systèmes WAN ont été développés à une époque où le cloud n’était encore qu’un phénomène atmosphérique. Ils ne sont donc pas naturellement conçus pour gérer la demande et la complexité associées à l’économie numérique actuelle. C’est là que le SD-WAN entre en jeu !

Cette technologie permet ainsi aux entreprises de tirer un bien meilleur parti de leur infrastructure réseau. Elle dirige automatiquement le trafic en fonction du type d’application et de la priorité, réduisant ainsi les latences tout en améliorant la fiabilité du SaaS et autres services ; et ce même lorsqu’un segment du réseau tombe en panne. Le SD-WAN optimise en effet la bande-passante disponible, et réduit la dépendance de l’organisation à l’architecture WAN traditionnelle en déplaçant les capacités disponibles vers les accès internet. Ainsi, il peut maintenir la sécurité des données en tous points du réseau, ainsi que minimiser les incompatibilités et irrégularités susceptibles d’offrir un point d’entrée aux acteurs malveillants.

Enfin, le SD-WAN est aux réseaux ce que la virtualisation était aux serveurs. Il offre des niveaux de contrôle, d’automatisation et d’optimisation sans précédents sur tous les types d’infrastructures. Et tout comme le cloud, les entreprises peuvent s’attendre à ce qu’il devienne une norme compte tenu des demandes de connectivité des clients et de leurs employés au nombre croissant. Ce n’est donc pas du bruit pour rien, bien au contraire ! Un bruit auquel les entreprises devront être à l’écoute tôt ou tard, dans l’intérêt de leur performance ! »

 

Source:

Global Security

Laisser un commentaire