L’innovation numérique et l’impact de l’Internet des Objets figurent parmi les principaux facteurs qui placent les technologies réseau Cloud sur le devant de la scène et en font l’une des sources de disruption majeures de la génération en cours.

Face à l’écart entre la demande liée aux applications réseau et les budgets disponibles qui ne cesse de se creuser, l’existence même des réseaux étendus (WAN) traditionnels se trouve remise en question.Alors que le monde s’oriente de plus en plus vers des technologies dans le Cloud, le SD-WAN est considéré comme un enjeu crucial en vue d’améliorer le retour sur investissement en équipements, d’accroître l’agilité des services d’entreprise et d’homogénéiser le niveau de sécurité dans le domaine des réseaux.

Le cabinet d’études IDC (International Data Corporation) estime que « les revenus mondiaux du SD-WAN dépasseront les 6 milliards de dollars en 2020, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de plus de 90 % au cours de la période prévisionnelle de 2015 à 2020 ».

Toujours selon IDC, « l’émergence du SD-WAN est un développement relativement récent du marché, précédé par l’existence d’architectures WAN hybrides. Les SD-WAN s’appuient sur ces réseaux étendus hybrides, mais incorporent également un contrôleur centralisé reposant sur l’application de règles, des fonctions analytiques de visibilité du réseau et des applications, une superposition de logiciels faisant abstraction des réseaux sous-jacents et un redirecteur SD-WAN optionnel, l’ensemble permettant une sélection intelligente des chemins d’accès empruntés via les liaisons WAN ».

 

Tout est une question d’« expérience utilisateur ».

Nous évoluons vers un nouveau monde de réseaux à pilotage logiciel. Or, la topologie qui prévaut aujourd’hui part du constat que l’« expérience utilisateur », autrement dit la manière dont les employés interagissent et exploitent des outils pour accomplir leurs tâches, tend à se dynamiser et nécessiter une mise à l’échelle jusqu’à présent insoupçonnée.À mesure que l’Internet des objets (IdO) gagne en ampleur, l’« utilisateur » peut aujourd’hui se connecter au réseau depuis un nombre illimité de périphériques, qu’il s’agisse de dispositifs d’entreprise ou de ses propres appareils.Ceux-ci se connectent aux applications d’entreprise d’une multitude de manières différentes, parmi lesquelles des liaisons Internet à haut débit ou sans fil.Le fait est que, depuis l’avènement des technologies Cloud, l’hébergement des applications et des données ne se limite plus à un ou deux data-centers, puisque les « serveurs » sont en réalité souvent disséminés en plusieurs endroits du globe.

« La topologie réseau d’aujourd’hui doit être compatible avec le pilotage logiciel pour être véritablement connectée au Cloud. Ces nouveaux réseaux contrôlés par logiciel doivent être capables de prendre dynamiquement en charge une quantité infinie de dispositifs, d’accéder à un nombre illimité de liaisons et de se connecter à une bibliothèque d’applications hébergées dans le Cloud en évolution permanente et ce, avec efficacité et élasticité », estime Wilfred Kwan, Directeur des opérations de Reliance Communications (Enterprise) et Global Cloud Xchange.

L’immense difficulté pour les entreprises d’aujourd’hui consiste à gérer et contrôler de façon dynamique un nombre hallucinant de dispositifs IdO sur des milliers de connexions, et encore davantage d’options de connectivité sur une gamme de services hébergés dans le Cloud. Telle est, par essence, l’exigence à laquelle doivent répondre les nouveaux réseaux pilotés par logiciel.

« Pour les responsables informatiques d’entreprise, la décision d’activer ou non le contrôle logiciel dépend en premier lieu des utilisateurs et du lieu où sont hébergées leurs applications.Certaines plateformes de SD-WAN mettent davantage l’accent sur la capacité des succursales à utiliser des méthodes de connectivité plus rentables, alors que d’autres privilégient la vitesse de diffusion des paquets de données utilisateur dans le Cloud », explique Tom Gowen, responsable pour l’Amérique du Nord de Global Cloud Xchange.« La solution GCX CLOUD X WAN, par exemple, promeut l’usage d’options de connectivité à haut débit et à faible coût dans les succursales d’entreprise, en établissant des connexions aux applications hébergées dans le Cloud via un parcours réseau optimal, ainsi que le déploiement à la demande de chaînes de services réseau préétablies grâce à la virtualisation des fonctions réseau (NFV) ; le tout étant orchestré et contrôlé via un portail Web unique ».

Avantages du SD-WAN et du NFV pour les utilisateurs professionnels

À partir de 2016, le SD-WAN, suivi du NFV, devrait conférer des avantages significatifs aux entreprises multinationales.Les innombrables appareils spécialisés qui prennent actuellement en charge les services réseaux d’entreprise existants seront de plus en plus souvent remplacés par des périphériques intelligents situés en bordure de réseau, lesquels exécuteront des fonctions logicielles virtualisées par l’intermédiaire de machines informatiques virtuelles.Les avantages de ce scénario résident dans la possibilité de rendre un équipement unique et peu coûteux véritablement multifonctionnel, en lui permettant d’exécuter un grand nombre de services réseau clés tels que les fonctions de routage, de pare-feu, d’équilibrage de charge, d’optimisation du réseau, de chiffrement de VPN et bien d’autres attributions encore.

Bien que cette fonctionnalité existe déjà depuis de nombreuses années et soit exploitée par certains fournisseurs de services de télécommunications, elle arrive aujourd’hui sur le devant de la scène professionnelle à la faveur du déploiement au sein des Clouds publics, qui bénéficie d’une forte dynamique de croissance.

« Le NFV, en particulier, offre des avantages évidents aux utilisateurs d’entreprise, dans la mesure où il favorise la création de valeur et la réalisation d’économies par un certain nombre de biais.À titre d’exemple, les nombreux appareils individuels coûteux sont remplacés par des machines virtuelles qui s’exécutent sur une « box » chargée de fournir les différents services et applications logicielles », souligne Wilfred Kwan.« Il en résulte des économies massives en termes de coût matériel, puisqu’un seul appareil peut désormais accomplir plusieurs tâches.De même, la complexité des services traditionnels réputés de « haut niveau », tels que l’optimisation, la sécurité avancée, la protection antivirus, etc. est réduite, ce qui tend à rendre ces services à valeur ajoutée beaucoup plus accessibles aux entreprises ».

Le SD-WAN : une nouvelle définition de l’optimisation WAN

Le SD-WAN apporte aux entreprises des performances extraordinaires en termes d’agilité, d’efficacité et d’économies budgétaires.Les entreprises peuvent déployer un ensemble de réseaux Internet de marchandises et dédiés de grande valeur sur des bureaux distants en bénéficiant de capacités de contrôle centralisées et à la demande.L’optimisation de ces réseaux en termes de qualité et de performances est chose aisée.

L’extension du SD-WAN dans le Cloud, en revanche, est une toute autre affaire.Les ressources du Cloud sont, par nature, dynamiques.La mise à l’échelle automatique est un cas d’utilisation courant et, à ce titre, très représentatif.Le provisionnement des serveurs et applications dans le Cloud s’effectue dynamiquement en s’appuyant sur un éventail de lieux et de fournisseurs.Pour que le SD-WAN fonctionne dans le Cloud, il faut que le contrôleur soit très intelligent et fasse partie intégrante de cette orchestration en nuage.Dès lors, l’extension automatique des SD-WAN sur les réseaux de serveurs Cloud devient possible, tout comme l’unification de l’ensemble de l’environnement réseau d’entreprise en temps réel.

« L’aspiration du SD-WAN à faire partie du modèle de déploiement Cloud dans un proche avenir semble inévitable, au même titre que les NFV dans le modèle de la chaîne de services.Pour que cela devienne une réalité, des orchestrateurs intelligents possédant toutes les connaissances et la maîtrise de l’ensemble des composants seront nécessaires pour fournir les ressources du Cloud et du SD-WAN en temps réel », précise John Yung, président-directeur général d’Appcara.« Pour des raisons de conformité et d’amélioration de l’expérience utilisateur, de plus en plus d’applications d’entreprise sont réparties entre des Clouds et des lieux divers. Les contrôleurs SD-WAN doivent être étroitement associés aux orchestrations Cloud telles que l’App360 d’Appcara afin d’étendre les services SD-WAN aux applications hébergées dans le Cloud ».

C’est là que le jury entre en scène…

À mesure que le SD-WAN fait rapidement parler de lui auprès des CIO d’entreprise, l’augmentation exponentielle de son déploiement apparaît comme une évidence, les décideurs étant motivés à franchir le pas et acter ce choix en raison de la nécessité de renforcer l’efficacité, la sécurité et les économies de coûts.

Les responsables informatiques apprécient le gain d’agilité visible sur les réseaux, qui se traduit par un provisionnement plus rapide de nature à élever la flexibilité du WAN au même niveau que le Cloud.En outre, l’attrait pour ces solutions est dû aux économies de coûts significatives réalisées sur les équipements des différents sites, puisqu’il devient possible de remplacer ceux-ci par un dispositif intelligent unique exécutant des fonctions réseau virtualisées, en surcroît des économies qui résultent de l’optimisation de la bande passante réseau.

« Le SD-WAN procure également aux entreprises un meilleur niveau de gérabilité, de contrôle et d’évolutivité. La visibilité améliorée offerte par les données de performances granulaires de bout en bout apporte un niveau de transparence jusqu’ici indisponible, sauf par le biais de dispositifs et de plateformes de gestion très coûteux. Cela permet de prendre des décisions concernant les réseaux en étant beaucoup mieux informé », insiste Tom Gowen.

La plupart des plateformes de SD-WAN rendent également la visibilité des performances accessible aux utilisateurs (par exemple au département informatique d’une société) via un portail d’une forme quelconque.Bien qu’il ne s’agisse pas là d’une nouveauté et que les données de performance réseau soient disponibles depuis de nombreuses années par le biais des prestataires de services réseau, il fallait auparavant recourir à des logiciels, sondes réseau et systèmes matériels distincts.Désormais, ces fonctionnalités font partie des caractéristiques de base de n’importe quel contrôleur ou plateforme SD-WAN.

Source : Global Cloud Xchange

Laisser un commentaire