En rachetant BroadSoft, l’équipementier Cisco va disposer d’outils de collaboration sur l’ensemble des segments de marché. Il va combiner ses propres logiciels et équipements de conférence, sur site et dans le cloud, avec les solutions hébergées que BroadSoft propose dans ce domaine à travers des fournisseurs de services.

Cisco met la main sur BroadSoft pour environ 1,9 milliard de dollars. L’équipementier a proposé 55 $ par action pour racheter la société cotée au Nasdaq, spécialisée dans les PBX – autocommutateurs téléphoniques – dans le cloud, les communications unifiées, les solutions de collaboration pour les petites et moyennes entreprises et les logiciels de centres d’appel. L’acquisition a été approuvée par le conseil d’administration de BroadSoft. En combinant ces offres avec les siennes, Cisco pourra fournir des capacités de collaboration sur tous les segments de marché, indique Rowan Trollope, DG de l’entité Applications d’entreprise de Cisco.

Les offres de communication de BroadSoft sont hébergées et vendues à travers des fournisseurs de services. Elles sont complémentaires à celles que Cisco propose d’une part sur site et d’autre part avec ses offres unifiées HCS (Hosted Collaboration Solution) à déployer dans le cloud. Les deux fournisseurs vont associer l’interface ouverte de BroadSoft et ses solutions de centres de contacts hébergées avec le portefeuille de services et équipements de conférence de Cisco.

Croissance externe soutenue pour Cisco

L’équipementier, qui poursuit activement sa croissance externe, a récemment procédé à son 200ème rachat. « Les acquisitions restent au cœur de notre stratégie d’innovation, sur les deux dernières années, elles ont aidé Cisco à accélérer dans des domaines comme l’IoT, l’intelligence artificielle, l’hyperconvergence et le SD-Wan », rappelle Rob Salvagno, vice-président du développement de Cisco. L’opération de rachat de BroadSoft devrait se clore au cours du 1er trimestre 2018. Basée à Gaithersburg, dans le Maryland, la société est présidée et dirigée par Michael Tessler.

 

Sourcea

Laisser un commentaire